Maraudeur le retour


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A la gare...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Lily Evans
-5éme année-
-5éme année-
avatar

Nombre de messages : 173
Age : 25
Localisation : dans le monde fantastique du... NUTELLA et de la magie aussi.
Date d'inscription : 06/05/2006

MessageSujet: Re: A la gare...   Mer 7 Juin - 10:19

Lily entra en trombe dans le compartiment. Katie était déjà habillé et elle se changea en vitesse. Elle attrapa ses affaires et lui raconta son histoire. Elle sortit son petit chat de sa poche et le mis dans la sienne. Son hiboux bien calé dans sa cage elle était prete a décendre. Elle demanda a Katie :

- t'en pense quoi? En tout cas il faudra vite trouvait une caleche! Il pleut fort dehors. Je me demande si il a toujours c'est drole de chevaux?

Katie les voyait! Ayant vu son frère mourire elle l'ai voyait même très bien et trouvait qu'ils possédaient une certaine beauté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magicia Kardelune
-4éme année-
-4éme année-
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 26
Localisation : Bonne question !
Date d'inscription : 04/06/2006

MessageSujet: Re: A la gare...   Jeu 15 Juin - 11:02

[ Autorisation de James pour contrôler très momentanément son personnage ]

La proposition de James était follement alléchante. Marcher dans les couloirs en bonne compagnie était bien plus plaisant que d’errer seule à travers les longs corridors, avec pour unique présence la lourdeur pesante de sa valise. Elle sourit, ne soulignant que plus son enthousiasme. Sans doute par orgueil, elle aimait que l’on s’intéresse à elle, et se trouvait fort comblée d’un tel intérêt par un si charmant garçon. Elle en oublierait presque sa sœur, s’étant à présent souvenu d’un jeune Serdaigle aux longs cheveux noirs pénétrant nonchalamment dans le train…à moins que cela soit une illusion de son esprit, qui, inconsciemment, préférait sans doute parler avec James que de retrouver Lauryn, qui était assurément dans un compartiment. Si cela avait été Chelsea, encore ! Mais sa cadette était intelligente, et Magicia s’inquiétait souvent pour rien à son sujet. Et puis, les yeux du Maraudeurs étaient si captivants…hm, non, c’était indigne d’une sœur aînée de songer ainsi. Mais en même temps…quelle idée d’heurter un si séduisant élève ! Il était dans sa nature de vouloir charmer, quand elle en avait l’occasion, ceux qui lui plaisaient. De là, elle n’avait rien à se reprocher ; c’était une tactique typiquement féminine de séduire pour avoir le cœur qu’elle désirait.

Magicia n’était cependant pas une allumeuse, non. Il y avait une différence entre charmeuse et croqueuse d’homme ; elle aimait séduire, mais n’en était guère obscène. De plus, une fois son choix fixée, elle faisait preuve d’une fidélité ( ainsi que d’une jalousie ) presque affolante, inégalable. C’était l’un des principes qu’elle s’était fixée, et ses amies admiraient d’ailleurs cette ténacité à respecter ce qui, en l’apparence de la jeune fille libre et enjôleuse, caractérisait l’amoureuse fidèle et dévouée. Ce contraste saisissant accentuait encore plus le caractère déjà si contradictoire de Magicia, dont les traits de personnalité s’opposaient encore plus chaque année. Ce tempérament, bien qu’imprévisible, avait pourtant apporté la sympathie de la plupart de ceux qu’elle connaissait, son caractère ayant comme un je-ne-sais-quoi d’attrayant.

Passant une main dans ses cheveux, elle acquiesça, hochant légèrement la tête, son sourire posé sur ses lèvres.


« D’accord. Ca me va… »

James avait posé sa main sur son épaule, ce qui fit écarquiller d’étonnement les grands yeux chocolat de Magicia, qui observa d’un œil surpris les doigts de son compagnon. Cette caresse n’avait en soi nullement rien d’intime, mais la jeune fille fut stupéfaite de cette familiarité, ne croyant à un geste si amical pour le peu qu’elle connaissait de lui. Mais le plus troublant fut son regard, soudainement ravageur ; une fragile demoiselle en aurait défaillit. Les joues de Magicia auraient d’ailleurs sans doute pris une légère teinte rosée si une demoiselle n’était sortie soudainement de son compartiment, annonçant bruyamment que le train s’arrêtait lentement, donc qu’il fallait se changer. Cessant leur contemplations, les deux jeunes gens se quittèrent dans un sourire, l’un allant se changer dans des cabinets non loin de là, l’une se déshabillant dans le couloir. Guère pudique, cela n’avait guère d’importance pour la Gryffondore de se retrouver en sous-vêtements, aux yeux de tous ; elle avait de toute manière fort bien l’habitude de se balader en petite tenue devant ses sœurs, depuis le temps. De toute manière, les couloirs étaient momentanément déserts vu que tous s’étaient pressés de se changer dans leur compartiment. Elle n’enlevait d’abord que son haut, pour se revêtir directement de sa chemise puis de sa cape, qui descendait jusqu’à ses mollets. De là, elle ôtait ses chaussures, son pantalon, et s’habilla de la minijupe noire qui constituait l’uniforme de Poudlard. Des chaussures sombres, de grandes chaussettes blanches tombantes par-dessus, elle ajusta sa cravate aux couleurs de Gryffondor, se recoiffa légèrement de ses mains, tandis que la plupart des étudiants sortaient précipitamment, de peur que le Poudlard Express poursuivent de nouveau son chemin, laissant l’école derrière lui.

Alors qu’elle pliait soigneusement ses précédentes affaires, la Gryffondore fut agréablement surprise de sentir furtivement sur sa main les doigts de sa sœur, Lauryn, qui passait alors tout près de là, lui signalant sa présence ; elle avait dû hébergé quelques compartiments plus loin. Sa cadette lui adressa un sourire, aussitôt rendu, avant de disparaître dans la foule. Magicia ferma soigneusement son sac, à présent toute à fait apaisée, puis attendit patiemment que James fût sorti de sa cabine. Cela ne tarda guère, et les deux compagnons furent bientôt réunis. Entre les bruits de pas et le brouhaha incessant des élèves, ils n’eurent le temps de parler ; ce ne fut qu’une fois à terre, alors que leur chaussure touchait la pierre chaude de la gare du Pré-au-Lard, qu’ils furent de nouveau aptes à discuter.

Rejoints par plusieurs de leurs camarades, ils montèrent dans la même calèche, et parlèrent ainsi tout le long, de choses pas particulièrement dignes d’intérêt mais qui permettaient toutefois au deux de se connaître un peu plus. Cela ne faisait croître que plus l’enthousiasme de la demoiselle, qui, de la mauvaise humeur dans la gare de King Cross, passa au sourire accueillant qu’elle adressait le plus souvent. La moue boudeuse qu’elle avait affichée dans la quasi-totalité de ses deux mois de vacances s’était envolée ; Poudlard avait un effet tranquillisant sur les nerfs si facilement irritables de la demoiselle, et sa sœur Chelsea vous aurait assuré que cela relevait du miracle après des vacances d’été tout particulièrement grondantes ( Magicia avait passé la majorité de ses journées à lui crier dessus ). Magicia parlait donc, toute souriante, confortablement installée dans les fauteuils moelleux d’une des innombrables calèches ( la manière dont elles étaient tirées l’avait toujours intriguée, mais elle avait finit par conclure que leur fonctionnement n’était dû qu’à la puissance magique du directeur ), et fut désagréablement surprise que le trajet ne soit que d’une très courte durée. Les passagers descendirent lentement sous le ciel étoilé, grelottant sous la froide brise d’automne qui doucement se levait, alors tout apaisés en pénétrant dans le hall, leur enveloppant de cette chaleur qui le caractérisait.

C’est ainsi que James et Magicia durent se séparer, entrant dans la Grande Salle, rejoignant tout deux leurs camarades respectifs. Ils se quittèrent d’un signe de main, agrémenté d’un charmant sourire ;


« A plus tard, James. »

La jeune fille, après un dernier coup d’œil en direction du Maraudeur, s’assit auprès de ses amies, qui la bombardèrent aussitôt de questions ; jusqu’à présent, Magicia les avait toujours accompagnée dans le train, et cette dernière fut satisfaite de voir que ses camarades s’étaient inquiétées à son sujet. Comme elle avait pu s’y attendre, le fait d’avoir passé le voyage en compagnie d’un élève masculin les émoustillèrent et leur débit de paroles passa au niveau supérieur ; ce flot de mots fut, au soulagement de la victime, interrompu par le coutumier discours du directeur, qui, rien qu’en se levant majestueusement, avait imposé le silence dans la salle. Les premières années entrèrent alors, à la fois ébahis et chevrotants, vêtus de leur cape et de leurs manches bien trop longues pour leur petitesse. La répartition s’en suivit, chaque jugement escorté d’applaudissements. Ce fut ensuite les habituelles mises en garde, à savoir l’interdiction à la Réserve de la Bibliothèque ou à la Forêt Interdite ; enfin, le buffet apparut, aux sourires ravis des étudiants affamés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hikarigates.free.fr/quartdelune/
Jason Woldman
*6éme année*
*6éme année*
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 30
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: A la gare...   Jeu 15 Juin - 12:15

La boucle d’oreille attendait patiemment sur la marche moquettée du petit escalier que les élèves descendaient lorsque les portes du Poudlard Express s’ouvraient. Audrey et Jason la retrouvèrent après une bonne demi-heure de recherche, quête qu’ils éternisaient pour avoir plus de chance d’arriver à la fin des aventures estivales de Collins. Leur petite ruse fut de bonne envergure, étant donné que lorsqu’ils rentrèrent le plus calmement du monde dans le compartiment, leurs trois amis entamaient un sujet totalement autre, à savoir attraper le plus de grenouilles qui sortaient des chocogrenouilles fraîchement achetées. Audrey poussa un cri en sentant les pattes velues d’une se coller à ses cheveux, ce qui provoqua le rire de ses congénères, ce qui énerva encore plus la Serpentarde. Elle bouda ainsi quelques instants, puis leur conversation reprit, variant au gré du temps, entre rires et quelques délires que seuls eux pouvaient comprendre. Le chemin se passa ainsi, agréablement, sans sortir de l’ordinaire ; le paysage défilait à tout allure, et plus le train approchait de Poudlard, plus le ciel s’assombrissait.

Le véhicule finit par ralentir, puis s’arrêter finalement. Jason se changea rapidement, ses compagnons l’imitèrent ( les jeunes filles, quant à elles, le firent une fois que les garçons sortirent ). Une fois cela fait, le groupe d’amis descendirent du train, et poursuivirent leur marche vers les calèches, qui conduisaient au château. Ils entrèrent ensuite dans le bâtiments pour arriver à la Grande Salle, où Jason s’asseye non sans soulagement à la table des Serdaigle ; il n’était pas spécialement gourmand, mais il devait avouer que son ventre commençait à crier famine, et l’idée de goûter de nouveaux aux délicieux plats Poudlariens lui mettait l’eau à la bouche.


"J’ai l’impression qu’ils rétrécissent d’année en année." murmura t-il en observant d’un œil critique les premières années, qui entraient timidement dans la pièce.

Ses paroles furent acquiescées par Steve, qui soupira d’un air entendu ; connaissant l’appétit de son ami, Jason se douta que la faim devait lui ôter quelques intelligentes réflexions. La répartition se termina en applaudissements, tandis que "Zweta, Angelina !" avait été envoyée à Gryffondor. Ce fut avec une joie évidente que Steve croqua à pleines dents la cuisse dodue d’un poulet rôti, tandis que ses amis entamaient avec la même satisfaction leur dîner. En fin de soirée, alors que les Préfets accompagnaient les Premières Années, les autres élèves montèrent dans leur salle commune adéquate, saluant leurs amis qui n’étaient pas dans la même maison qu’eux. Jason et Steve parlèrent encore quelques instants avec des membres de Serdaigles, puis finirent par monter aux dortoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la gare...   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la gare...
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maraudeur le retour :: Au dela de Poudlard :: Londres :: La gare King Cross-
Sauter vers: